Carnet n°9 : Japon

Le Japon, un rêve pour Henri, une grosse hésitation pour Laurette (et pourtant, ce pays est désormais l’un de nos gros coups de cœur du voyage !).

Beaucoup de personnes nous ont conseillé cette destination, souvent boudée des tourdumondistes (en raison de son prix le plus souvent).

Même si l’archipel a représenté un surcoût dans notre budget tour du monde, nous ne le regrettons pas pour un sou. En lisant sur l’article, vous risquez de comprendre pourquoi…

 

OSAKA

Nous atterrissons à Osaka à 8h15 heure locale. Franchement, on est claqué ! Nous avons décollé à deux heures du matin, et n’avons eu que 5 heures de vol pour « dormir ».

Nous rejoignons notre hôtel via le train. Le choc ! Après plusieurs mois en Asie du sud-est, arriver dans un pays aussi moderne, propre, organisé, cela nous fait vraiment bizarre…

Nous nous reposons quelques instants à l’hôtel, puis Bernard (oncle de Laure) et sa compagne Sophie nous rejoignent à l’hôtel. Quel plaisir de se retrouver, en famille, (un peu) au bout du monde !

Nous partons visiter le temple de Shitennoji, le premier temple bouddhiste du Japon. Il faut savoir que la religion bouddhiste a été importée via la Chine à partir du 5eme siècle. Aujourd’hui, 70% des japonais se revendiquent de cette religion et/ou shintoïstes (le shintoïsme est un mélange entre animisme, chamanisme et culte des ancêtres).

DSC01287

Le temple est absolument immense, et il est situé en plein cœur d’Osaka, ce qui donne un contraste assez surprenant entre ces temples extrêmement traditionnels et anciens, et les grattes-ciel en toile de fond.

DSC08787

Bernard, qui, pour ceux qui ne le connaissent pas, est guide au Japon et parle couramment la langue, nous explique énormément de choses : « Vous aurez un condensé des informations sur les temples au Japon grâce à cette visite ! ».

Le temple abrite un magnifique jardin japonais, notre premier jardin ici ! On tombe directement sous le charme. Nous buvons un matcha dans une salle de thé traditionnelle située à l’intérieur du jardin… Petit instant magique !

DSC08794

DSC01312

DSC01307

Puis nous allons déjeuner, après quoi il est déjà temps de dire au revoir à Bernard et Sophie qui prennent le Shinkansen pour Tokyo.

Nous les laissons à Tennoji, et repartons à pieds en direction de la rue Dotonbori, une des rues les plus animées d’Osaka ! Effectivement, en s’y promenant, on comprend pourquoi la ville est surnommée la « petite Tokyo ». Tours, bureaux, salles d’arcade (où toutes sortes de jeux possible et imaginables existent ), magasins qui vendent des babioles en tous genres, fast-food… Bref, encore une fois, les pays précédents nous paraissent bien loin !

DSC01332

DSC08812

Nous marchons pendant plusieurs heures au milieu de cette agitation, un peu curieux, excités, mais aussi fatigués !

On essaie de trouver un endroit végé pour dîner, malheur ! Nous qui pensions que ce serait facile, nous voilà à galérer comme pas possible… Au final, on trouve un petit restau qui fait des Udon (les nouilles japonaises), mais on n’est même pas sur que ce soit végé puisque beaucoup de sauces ici sont réalisées avec le daishi, un résidu de poisson… Pour se consoler de ce repas plutôt moyen, on s’achète une petite gaufre (super local, hein !).

Le lendemain, après une matinée un peu compliquée (nous sommes très fatigués et Laure oublie son téléphone à l’hôtel…), on arrive au Château d’Osaka, pour le visiter avant de filer pour Koyasan.

DSC08826

Le château a été construit en 1583 par Hideyoshi Toyotomi. La version d’aujourd’hui est une reconstruction qui date de 1997. Il est majestueux, car très haut ! On peut le voir depuis assez loin. On a l’impression d’être dans un film de Miyazaki !

DSC01363

DSC08834

A l’intérieur, il y a un musée assez bien fait qui raconte l’histoire du château, mais aussi de son constructeur. Intéressant, même s’il nous manque pas mal de références historiques pour tout comprendre !

KOYASAN

Koyasan est un ensemble de temples bouddhistes situés à 900 mètres de hauteur, au milieu des montagnes (l’emplacement a été choisi stratégiquement car considéré comme idéal par le jeune Kukai, fondateur des lieux, pour y vivre la spiritualité). À partir du début du 9eme siècle, plusieurs temples sont construits et le « mont de la haute plaine » (traduction littérale de Koyasan) est ainsi créé. Aujourd’hui, le site regroupe plus de 100 temples.

DSC01388DSC08852

Si vous n’avez pas lu notre article sur notre expérience au Joki-In, c’est par ici 🙂

Le lendemain, nous visions quelques temples. D’abord, le majestueux Kongobuji, qui abrite le plus grand jardin de pierres du Japon.

DSC01506

DSC01501

DSC08899

DSC01513DSC08903

Puis nous nous rendons à la nécropole d’Okuno-in, qui regroupe quelques 200 000 stèles en pierre. Le site est absolument magique, car les stèles se sont recouvertes de mousses au fil du temps, et sont situées en plein milieu d’une magnifique forêt de cyprès centenaires !

DSC01549DSC08928DSC08945

Nous traversons tout le cimetière, jusqu’au temple qui se situe de l’autre côté. Puis retour par un autre chemin, toujours au milieu des stèles.

DSC08960

DSC08969

Nous ressortons de la nécropole et revenons vers le Joki-In, tout en s’arrêtant visiter quelques temples sur le retour. Ils ont tous leurs particularités, mais ils sont tous splendides !

DSC08973

DSC08987

DSC08993

DSC01631

DSC08998

C’est déjà l’heure de partir vers notre nouvelle destination, Nara.

Bonne adresse :

  • le Joki-in, bien sûr…! Notre magnifique hôtel / monastère. Si vous voulez réserver, hop cliquez ici !

 

NARA

La ville de Nara fut une ancienne capitale du Japon, de 710 à 784.

Nous y arrivons en fin de journée, et nous rendons directement à l’Airbnb que nous avons réservé !

La visite commence vraiment le lendemain, au niveau de la partie est de la ville.

Ce qui fait la particularité de cet endroit, ce sont les milliers de cerfs Sika qui ont élu domicile dans le parc, depuis plusieurs centaines d’années. Ils y ont sacrés car, selon la légende, la divinité fondatrice de Nara serait arrivée à dos d’un cerf Sika blanc ailé. Jusqu’en 1957, les cerfs avaient un statut de divinité et les habitants devaient s’incliner lorsqu’ils les croisaient. Et plus anciennement, tuer un cerf était passible de la peine de mort.

DSC01670DSC01709DSC01878DSC09061

Ils vivent ici en parfaite liberté, et sont même, aux yeux des habitants, considérés comme sacrés !

On commence par visiter le Kofuku-ji.

Bien sûr, on s’arrête toutes les deux minutes pour regarder les cerfs, et leur tendre les biscuits conçus expressément pour eux et vendus, au prix fort, par des vendeurs ambulants. Ils sont assez gloutons, et nous mangent même le t-shirt quand on ne distribue pas les biscuits suffisamment rapidement !

Puis direction le Kasuiga Taiga Shrine, sanctuaire Shinto, célèbre pour ses lanternes de bronze. Nous remontons une allée de stèles, un peu comme à Koyasan, sauf que là, des cerfs passent leur tête entre les tombes !

DSC09138DSC09141DSC09146DSC09157

DSC09125

DSC09096

La journée se termine par la visite du temple de Todai ji, la plus grande construction en bois du monde, qui date tout de même de 752 !

DSC09170DSC02109

Nous voulions visiter un jardin japonais, mais arrivons un peu tard, dommage !

On enchaîne, direction Kyoto !

Bonne adresse de notre Airbnb

  • Appartment Sanjo, un bon compromis avec un self check-in, très pratique ! 

 

KYOTO

Avant même de vous raconter Kyoto, il faut que l’on vous raconte notre arrivée horrible à Kyoto !

Comme les logements sont chers au Japon, et souvent complets, nous avions réservé tous nos hôtels / Airbnb à l’avance (ce que nous ne faisons jamais dans les autres pays).

Nous avions donc réservé un hôtel, pas très loin de la gare centrale de Kyoto, et nous y rendons à pied depuis la gare. Une demi-heure de marche avec nos gros sacs à dos !

Il fait nuit noire, mais nous apercevons notre hôtel! Youpi.

Enfin non, car en arrivant, la réceptionniste nous informe qu’un seul lit est réservé, et qu’il y a eu une erreur sur le site de Booking… ils sont complets, et en plus si on annule, on doit quand même payer ! Surtout que maintenant, il n’y a presque plus rien de disponible ailleurs a un prix correct…

Nous voilà donc à appeler Booking pour essayer de régler le problème. Ils acceptent de nous dédommager pour la nuit perdue. Mais nous sommes toujours sans logement, et il est 10 heures du soir. On effectue une nouvelle réservation sur le site de Booking, sauf qu’au moment de payer, la centrale booking plante… un canular cette histoire !

Encore une heure à gratter le wifi de l’hôtel (celui où on devait dormir mais où nous avons finalement annulé, vous suivez ?), et, alléluia, notre réservation est confirmée.

Nous sommes vraiment épuisés, et on se lâche, on décide de prendre un taxi pour y aller !

On en arrête un, on lui montre l’adresse en japonais… Mais il ne voit pas ou c’est ! Et bien entendu il ne parle pas un mot d’anglais… On arrête une passante pour qu’elle nous aide (il faut savoir qu’au Japon, c’est super malpoli d’accoster quelqu’un comme ça dans la rue… Mais pas le choix !), elle appelle l’hôtel et ils passent vingt minutes à lui expliquer l’itinéraire… la voilà qui explique au chauffeur de taxi, pendant que Henri court au premier hôtel récupérer du wifi pour télécharger l’itinéraire GPS…!

Allez, ça y est, on roule, on arrive à notre hôtel (c’est en fait un petit appartement qu’on a loué!), on se douche, et on mange à minuit, au bout de notre vie ! Comme quoi, le voyage, c’est pas toujours funky les amis !

Notre première journée sera très dense. On commence tôt, par la visite du site de Fushimi Inari à… 6h50, tenez vous bien!  Cet endroit est connu pour sa fameuse allée de torii rouges, pris d’assaut par les photographes, d’où notre présence très matinale pour éviter les foules. C’est une réussite, nous sommes presque seuls !

DSC02175DSC09209DSC02188

Pour le côté histoire, ce sanctuaire shinto date de 711 ; il est dédié à la déesse du riz Inari, et plus largement à la richesse.

On y trouve plus de 10 000 torii (les « portiques » rouges) qui sont financés par des donateurs privés et des entreprises. Il faut débourser jusqu’à 10 000€ pour les mieux placés et il y a plusieurs années d’attente. On comprend qu’au dos, les donateurs se fassent un peu de pub (Mais comme on ne parle pas japonais, pour nous ça reste de jolis signes !).

Nous grimpons jusqu’en haut du site, et les torii semblent s’enchaîner sans fin.

En redescendant, nous croisons un groupe de japonais qui prennent une photo groupée de leurs chiens, des shiba-Inu, les chiens emblématiques du Japon. Pour dire, le pays les a même classés « monument naturel » (on ne sait pas trop en quoi ça consiste…).

DSC02221

Littéralement, shiba signifie « petit » et inu « chien ». Mais on peut aussi interpréter son nom comme « broussaille sèche ». Quoiqu’il en soit, ils sont bien mignons, et regardent les objectifs des appareils photos de leurs maîtres qui crient « miaou » pour les faire regarder dans la bonne direction.

On rigole un peu, Laure papote avec les propriétaires et l’une d’elles lui tend… tenez-vous bien… la carte de visite de son chien !

Avec photo, date de naissance, caractère, capacités du chien (apparemment il est idiot). Très dépaysant !

Nous poursuivons l’exploration de la ville avec la visite du temple de Kyomizu Dera, connu pour la plateforme de plusieurs centaines de piliers qui le soutient, malheureusement pour nous en restauration…

DSC02256DSC09246DSC09253

Mais à côté, il y a le temple de l’amour, le Jishu-Jinja.

Les japonais y pratiquent un rituel pour le point étonnant : ils marchent d’une pierre à une autre, espacées d’une vingtaine de mètres, les yeux bandés. S’ils y parviennent, ils trouveront l’amour ! S’ils y parviennent en étant guidés, ils trouveront l’amour mais… grâce à l’aide de quelqu’un !

On descend dans les petites rues alentours du temples, très animées et charmantes. Il y a plein de stands où les échoppes font goûter leurs produits, devinez qui est content et teste absolument tout ce qui est proposé ! On a nommé, Henri le gourmand !

DSC02260

C’est amusant aussi car de nombreuses chinoises s’amusent à s’habiller en geishas, et pas mal de touristes les prennent pour des japonaises… un drôle de remue-ménage !

On rejoint le temple de Kodaiji, dont les jardins incroyables nous ont étés conseillés par Bernard. Et nous ne sommes pas déçus !

DSC09264DSC09266

On s’arrête au parc Maruyana, sympa mais pas fou non plus. La encore, de « fausses » geishas prennent la pose.

Nous rejoignons les quartiers de Gion et Pontocho, qui ont gardé leur aspect traditionnel, et où l’on peut croiser, avec un peu de chance, des geishas.

Pour ceux qui ne le savent pas, les geishas ne sont pas des prostituées, mais des dames de compagnie de luxe, qui maîtrisent la danse, la musique, qui ont le sens de la conversation, connaissent les jeux. Elles incarnent un extrême raffinement. On les appelle « maiko » lorsqu’elles sont apprenties.

Si elles furent nombreuses à une époque, il n’en reste plus qu’environ 200 aujourd’hui, principalement dans le quartier de Gion. D’où notre cache-cache pour tenter de les apercevoir !

On pense d’ailleurs en croiser un groupe, mais on ne saura jamais vraiment s’il s’agissait de « vraies » ou de « fausses », plusieurs indices allant dans un sens et dans l’autre.

Si vous voulez en savoir plus sur les geishas, l’article wikipedia est très intéressant : c’est ici !

Quoiqu’il en soit, elles ne sont pas chinoises mais japonaises, et très jolies, non?

DSC02304DSC09274

Après déjeuner, direction les temples de Tenjuan, Nanzen Ji, et Ekando. De superbes jardins, toujours!

DSC09280

DSC09292

DSC09302

On emprunte ensuite le Chemin des philosophes, un charmant sentier qui longe une petite rivière, a l’ombre des arbres. L’endroit nous paraît hors du temps, on n’a plus l’impression d’être dans une si grande ville !

On passe devant une boutique de souvenirs adorable, et on craque un peu pour quelques boîtes en papier washi! On vous donne l’adresse de cette superbe boutique dans nos bonnes adresses.

Nous terminons les visites de la journée, avec le temple de GinkakuJi, dont nous ne pouvons visiter que l’extérieur… Et c’est la qu’est tout le spectacle : le jardin est incroyable !

DSC09323

DSC02361

DSC09306

Il y a à la fois un magnifique jardin paysagé, et un jardin sec avec un énorme tas de sable, qui soit disant, représenterait le mont Fuji. La théorie de Henri pour sa réalisation vous est racontée dans la vidéo !

Enfin, nous dînons le soir avec Séverin, l’un des cousins de Laure, et sa compagne Kayo. Un super moment, ils nous emmènent même finir la soirée dans un petit bar « typique » où l’on goûte les alcools locaux! Génial! Bises à tous les deux si vous nous lisez !

DSC09335

Deuxième journée à Kyoto. Nous allons explorer la partie nord de la ville.

Afin de rejoindre le premier temple que nous visitons aujourd’hui, nous traversons un quartier super joli. Les habitants sont dans la rue, il y a un petit marché, des vendeuses de dorayaki (pancakes fourrées à la pâte d’haricots rouges), une petite brocante, des enfants qui jouent… c’était comme si le temps s’était arrêté !

DSC09339

Nous arrivons au temple Ryoanji, connu pour son jardin de pierres encore inexpliqué, même si Bernard en connaît les secrets !

DSC02372DSC09342

On marche ensuite jusqu’au Kinkakuji. Le pavillon d’or, autre nom bien légitime du temple, a été construit en 1397, et reconstruit en 1987. Il est intégralement recouvert de plusieurs couches de feuilles d’or. Assez impressionnant !

DSC09348DSC09353

DSC09359

Nous prenons ensuite le bus pour revenir dans le centre-ville, et visiter château de Nijo. Il fut la résidence des shogun. Le shogun était l’équivalent d’un général, donc un rôle militaire (contrairement à l’empereur, gardien des traditions, qui avait un rôle plus de représentation lorsqu’il n’y avait pas de shogunat). Le château a vu sa construction se terminer en 1626.

DSC09365DSC09366DSC02414DSC09377DSC09389

Les jardins, comme les pièces intérieures, sont magnifiques. Malheureusement, les photos étaient interdites à l’intérieur ! Il faudra donc vous y rendre pour admirer la finesse de ces panneaux et ces immenses tatamis.

Nous terminons notre deuxième journée à Kyoto en se promenant à Gion, et en espérant croiser des geishas. Ce sera un échec !

DSC02438DSC02449DSC09403

DSC09396

Dernière journée à Kyoto. Aujourd’hui, on se lève encore assez tôt, nous avons prévu de visiter la bambouseraie d’Arashiyama, un autre endroit iconique du Japon, que vous avez déjà sûrement vu en photo. Comme l’endroit est vite bondé, nous y sommes un peu avant 7h, pour avoir quelques images sans les touristes !

DSC09419DSC09422

Nous visitons ensuite les alentours, à savoir le temple Adashino Nenbutsuji, qui accueille plus de 8000 stèles. Le lieu est dédié aux âmes mortes.

DSC02577DSC09456DSC09466

On passe ensuite devant une très jolie boutique, qui se situe dans une maison japonaise traditionnelle, avec encore une fois un très beau jardin ! La gérante nous offre même un café. Qu’est-ce qu’ils sont gentils les japonais !

Nous nous arrêtons visiter la demeure d’un ancien acteur, qui abrite de jolies jardins et un salon de thé très agréable.

DSC09503

Enfin, on s’arrête déjeuner chez un adorable Monsieur, qui doit avoir 70 ans et qui propose une cuisine entièrement végétale, la shojin ryori. On vous en avait déjà parlé dans notre hors-série sur notre nuit dans un temple bouddhiste.

Il est génial, car il veut vraiment échanger avec nous, mais ne parle pas un mot d’anglais. Du coup, il utilisé Google translate, et nous apprend, entre autres, que ce restaurant a plus de 100 ans.

 

Bonnes adresses :

  • Togaden, un restau végé en plein centre de Kyoto. Super bon, raisonnable en terme de prix, une cuisine japonaise végétale et inventive ! On a adoré ! 
  • Morpho café, un restau végan près du château de Nijo, qui propose une cuisine plutôt occidentale. Notre meilleur burger vegan de tous les temps, c’est dire ! 
  • Biotei, le restaurant où nous avons dîné avec Séverin et Kayo. Plein de choix végé, une super cuisine à la fois japonaise et internationale, des prix vraiment tout doux. Et une bonne ambiance. Par contre, le restau est victime de son succès !
  • Le restau du petit monsieur à Arashiyama. C’est simple, ce restaurant n’a pas de nom. Donc bon courage pour le trouver… Allez, on est sympa, on vous met le lien avec l’adresse : ici 😉 
  • Une magnifique boutique de souvenirs, sur le chemin des philosophes. On aurait tout acheté si on avait pu ! Ça s’appelle Suzuki Shofudo Tetsugaku-No-michi Shop. Sublime !
  • La boutique Adashino Iwai, juste avant le temple des 8000 Bouddhas, sur le côté droit de la rue quand vous arrivez de la bambouseraie. Beaucoup de choix de très bon goût, et la boutique en elle-même est superbe. 

 

TAKAYAMA

Lorsque nous avons préparé notre itinéraire japonais, Laure, qui était plus sceptique (à tort !) sur ce pays avait émis une condition : se rendre dans des petits villages.

Notre itinéraire a donc logiquement misé sur les petits villages des alpes japonaises.

Nous arrivons donc à Takayama, qui est plus une petite ville qu’un village, mais qui a su garder un centre très authentique !

Lors de notre première soirée sur place, nous faisons la connaissance de Take, dont vous pouvez relire le portrait ici.

Le lendemain, nous irons visiter Shirakawago (voir ci-après).

En rentrant, nous passons la soirée avec Take, Ikumi et Lisa. Après avoir dégusté en apéritif le délicieux plateau de sushis végétariens que Take nous avait offert la veille, nos acolytes nous embarquent pour une super soirée ! Au programme, dégustation de quelques spécialités japonaises (adaptées en végé pour nous) : les takoyakis d’Osaka (petites boulettes normalement fourrées au poulpe), et les gyozas (les raviolis japonais!). On finit la soirée dans un super bar, à boire des coups en se marrant bien !

DSC09591

DSC09599

Le lendemain, nous avons prévu de visiter le centre historique de Takayama… Malheureusement pour nous, il pleut !

On se promène quand même un peu, mais sous la pluie c’est moins drôle (et on prend moins de photos aussi!).

DSC09608DSC02781

Bonnes adresses :

  • Relax hostel, notre hôtel qui avait une ambiance de maison dans la pièce principale. Très bon rapport qualité prix !
  • Hida Takayama Gyoza : notre petit restau de gyozas, qui sont faits sous vos yeux. Miam !
  •  Le bar où nous sommes allés avec nos compères : super design, un genre d’adresse cachée, vous savez : 

 

SHIRAKAWAGO

Shirakawago est un adorable village des alpes japonaises, classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1995.

DSC02630

Il est connu pour ses Gassho, des maisons avec un toit en chaume incliné, afin de supporter les chutes de neige très importantes dans cette région.

DSC02712

Tous les 20 ans, la paille du tout doit être changée. Du coup, tout le village s’y met et ils s’entraident !

DSC09567DSC09563DSC09554DSC09535DSC09533DSC09512

A l’intérieur, les étages ne sont pas fermés les uns sur les autres, afin de laisser monter la chaleur émise par le foyer, situé au rez-de-chaussée.

Nous allons ensuite faire un petit tour à l’onsen d’Hirase, un petit village voisin. Baignade avec vue sur les montagnes !

 

MAGOME / TSUMAGOJUKU

Nous rejoignons, en fin de journée, le petit village de Magome. Il a conservé sa rue principale, très authentique. Nous nous y promenons un peu, mais on sent que la pluie approche… on rejoint donc le village de Tsumagojuku, sous la pluie !

DSC09643DSC09644DSC02855DSC09669

Un autre village charmant, mais sous la pluie torrentielle qui s’abat, on s’est vite rabattu dans un restau… et on n’a pas beaucoup fait de photos !

DSC09700

Bonne adresse :

  • Gaku Hotel : dormir dans une ancienne école, avouez que c’est rigolo non ?

 

FUJIKAWAGUSHIKO

L’unique raison de notre venue dans cette petite ville (après avoir changé 3 ou 4 fois de trains, tout de même…!), c’est pour y observer le maître de ce pays… On a nommé le Fujisan ! L’emblématique montagne, que nous aurions tant aimée gravir (les ascensions ne se font que les mois d’été, dommage pour nous…!), domine cette petite ville. Mais avec la pluie que nous avons eue ces derniers jours, on sent que ça va être compliqué. Surtout que beaucoup de japonais nous ont avoué ne l’avoir jamais vu tant il a sa tête dans les nuages en permanence. Et Bernard nous l’avait confirmé : le Mont Fuji adore les nuages.

On partait donc assez perdant… Mais en arrivant le soir à notre hôtel, la gérante est confiante : levez-vous tôt demain, il devrait faire beau !

On règle nos réveils à 4h30 (ce n’est pas le pays du soleil levant pour rien !), et on se couche, après avoir prié tous les dieux !

Inutile de vous dire qu’on a tous les deux cauchemardé toute la nuit du Mont Fuji au milieu de nuages noirs…

Le réveil sonne, on aperçoit quelques rayons de soleil à travers les rideaux. Il fait beau, il fait beau, il fait beau !!!

On grimpe quatre à quatre les escaliers qui mènent à l’observatoire, sur le toit, et…

Il est là ! Majestueux, magnifique, triomphant, d’une insolente beauté…

DSC02900

 

KAMAKURA

Kamakura est une charmante ville de la banlieue de Tokyo. On vous spoile : un coup de cœur !

Des que l’on arrive, on sent qu’il y fait bon vivre : beaucoup de petits restaurants, un climat agréable, des pistes cyclables…

Nous rejoignons notre hôtel et profitons de l’onsen à disposition !

Le lendemain, nous louons des vélos pour arpenter la ville.

On commence par la visite du temple Houkokuji, qui abrite une jolie bambouseraie.

DSC09715

DSC09713

Puis direction le temple de Tsurugaoka Hachimangu. Beaucoup de mariages y ont lieu au moment où nous y sommes, c’est génial de voir comment ce sacrement est célébré ici.

DSC09724

DSC02990

D’ailleurs, voici un couple de mariés en tenue traditionnelle (ils ont beaucoup, beaucoup de mérite vu la chaleur ce jour-là…)

DSC09739

Nous déjeunons dans un restau italien (pourquoi pas?), puis allons visiter le temple de Hase Dera, qui date de 736, et qui abrite des centaines et des centaines de statues de bouddhas… et aussi de petit trio de statues trop mimi (Barnard si tu as l’exploration nous sommes preneurs !) :

DSC03003DSC09742DSC03005DSC03013

Bonnes adresses :

  • Latteria bebe : LE restau italien qui a un succès fou dans la ville. C’est simple : on a attendu une heure et demie pour avoir une table. On avait envie d’assassiner tous les gens qui mangeaient doucement … Mais la délivrance et surtout la récompense quand on nous a appelés !
  • Webase hotel, notre hôtel « capsule », super, très moderne, bon rapport qualité prix, avec en plus un onsen à disposition. 

 

TOKYO

Nous terminons notre itinéraire japonais par la ville de Tokyo, à laquelle nous avons dédié trois jours.

D’abord, direction le quartier d’Asakusa, assez animé, et qui a gardé quelques bâtiments et temples anciens. L’attraction des lieux, c’est le temple de Sensoji, le plus vieux temple de Tokyo !

DSC03021

DSC09761

Impossible, donc d’y faire une photo sans personne, mais cela contribue aussi au charme du lieu !

Nous allons ensuite nous promener dans le parc Ueno, où il fait bon se balader à l’ombre de ses grands arbres… Des bambins jouent, et l’on croise quelques japonaises, très élégantes dans leurs kimonos. C’est incroyable de voir que, comme pour les saris en Inde, certaines personnes continuent à porter l’habit traditionnel !

Nous finissons cette première journée tokyoïte par un tour dans le quartier de Yanaka, notre quartier préféré de la ville. En fait, on dirait presque un petit village, avec de jolies maisonnettes, des jardins, et de nombreux cimetières, qui assurent la paisibilité de l’endroit.

DSC03071DSC09768DSC03084DSC09780

Il y a aussi une petite rue très commerçante, avec plein de boutiques sympas, comme on les aime !

Le lendemain, nous essayons désespérément de réserver pour aller assister à un entraînement de sumo. En effet, si les matchs n’ont lieu qu’à certaines périodes de l’année (et coûtent très, très cher!), les entraînements sont gratuits et ont lieu presque toute l’année… Sauf les deux semaines suivant les matchs ! Et la, pas de chance pour nous : après deux heures de coups de fils, on comprend que nous sommes justement dans ce créneau la… !

Allez, ce n’est pas grave (on se dit que voir le Fuji vaut mille combats de sumo!), direction le quartier d’affaires de Shibuya, qui abrite ce fameux passage piéton en diagonale.

Et la statue de Hachiko !

DSC03091

Hachiko était un chien de la race Akita (autre race japonaise), qui a vécu dans les années 1930. À l’époque, il venait chaque jour attendre son maître qui revenait du travail à la gare de Shibuya. Sauf qu’un jour, son maître est mort au travail… et n’est jamais revenu.

Hachiko a pourtant continué à attendre au même endroit, pendant les 9 années qui ont suivi la mort de son maître, jusqu’à sa propre mort. Quelle preuve de fidélité et de loyauté !

Nous reprenons notre promenade, direction le temple Meiji-jinju, un endroit d’un calme incroyable dans un quartier si animé !

DSC09792DSC09796

Puis nous finissons notre journée dans un autre quartier animé de Tokyo, Shinjuku ! À la nuit tombée, ses rues se colorent… et les salles d’arcades battent leur plein !

DSC03114

DSC09798

DSC03142

DSC03156

DSC09820

DSC09826

On se fera quelques petites parties de Mario Kart… (on ne dira pas qui a gagné pour ne pas blesser l’intéressé… maintenant vous savez !)

Et aussi un genre de guitar hero, mais avec des tambours ! Ça s’appelle le Taiko No Tatsujin et c’est super populaire ! On a d’ailleurs adoré et on vous conseille si vous êtes de passage à Tokyo.

Troisième et dernier jour dans la capitale.

On se prévoit un programme cool, quelques temples, notamment le Hie Shrine, qui possède une belle allée de torii rouges.

DSC09841

DSC03173

DSC09842DSC09844

Puis le temple de Zojoji, qui accueille des centaines de statues du bouddha Jizo. Même si c’est joli, l’histoire derrière ces statuettes est plutôt triste : il s’agit d’un endroit de recueillement pour les personnes ayant perdu un enfant.

DSC09853

Enfin, nous terminons la journée dans le quartier geek de Tokyo, Akihabara. Boutiques de jeux et de figurines, salles d’arcade… c’est le paradis des gameurs !

Il est impressionnant de voir comme de jeunes japonais, en costumes parfois, sont possédés lorsqu’il s’agit de jouer. On croirait voir des robots… Ça a quelque chose d’assez effrayant…. et on trouve même cela un peu glauque à vrai dire…

Bonnes adresses :

  • Kaemon, un buffet vegan, bio, à volonté (pour Henri 😉 ), et surtout dé-li-cieux ! Très bon rapport qualité prix !
  • Ainsoph : nous pouvons le dire, nous y avons mangé la meilleure pancake de notre vie. Et vegan bien sûr, que demande le peuple !

 

Voilà, le Japon est passé vite. Cela a été fort, intense, et surtout une très belle découverte pour tous les deux. Nous avons adoré ce pays, qui est loin de l’image que l’on peut en avoir en Europe !

Allez-y ! Et si jamais vous ne pouvez pas, on vous laisse regarder la vidéo 🙂

Bises à tous, et à bientôt en Indonésie !

 

Laure et Henri

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close