Carnet n°7 : Cambodge

SIEM REAP

Nous rejoignons Siem Reap après une interminable journée de bus depuis les 4000 îles au Laos. Heureusement que nous étions en bonne compagnie, avec Ségolène et Vincent (que vous devez connaitre, sinon cliquez ici), et que nous avons papoté tout le trajet.

Siem Reap est la ville à laquelle on se base pour visiter les fameux temples d’Angkor. Dès le lendemain, nous faisons la « grande boucle » avec notre chauffeur Vuth, un ami de Chou (que vous connaissez depuis cet article).

En effet, le site d’Angkor est immense, et se visite sur plusieurs jours. Les premières constructions remonteraient à 900 après JC, par l’édification de temples hindous. Puis, le bouddhisme a pris le pas sur l’hindouisme. Et c’est de nouveau l’hindouisme qui a pris le pas sur le bouddhisme quelques décennies plus tard. Cette alternance entre les deux religions explique que de nombreuses têtes de bouddhas ou de grandes fresques hindoues aient été détruites.

Quoiqu’il en soit, à son apogée, le site mesurait plus de 1000 km2, et abritait plus de 750 000 habitants. Par ailleurs, le temple d’Angkor Wat est le plus vaste monument religieux du monde.

La cité décline de manière définitive en 1431.

Il fait très chaud lors de notre visite du site, mais la beauté des temples nous booste !

DSC07344.JPG

DSC07237.JPG

DSC07291.JPG

DSC08722.JPG

DSC07283.JPG

DSC08678.JPG

Le lendemain, nous nous levons très tôt pour aller observer le très classique mais non moins majestueux lever de soleil au temple d’Angkor Wat. Il y a foule, mais quand même, c’est vraiment superbe… non ?

DSC08747.JPG

DSC08806.JPG

 

DSC08802.JPG
Comme nous nous sommes levés tôt, nous profitons de la piscine de l’hôtel l’après-midi, et allons déguster une bonne glace en ville. L’avantage de Siem Reap, qui est aussi un inconvénient, est que la ville est tellement touristique que l’offre en matière de restauration est conséquente ! Pour notre plus grand plaisir.
Le soir, nous dînons en compagnie de Chou (que vous connaissez, sinon c’est ici pour faire sa connaissance !) et son épouse. Une belle soirée de retrouvailles, à échanger sur nos vies, ce qui a changé, à rire.

DSC07382.JPG

Le lendemain, Chou vient nous chercher dans le tuktuk de l’un de ses amis, pour réaliser la « petite boucle ». C’est super de pouvoir faire la visite avec les explications sur les divers bas-reliefs des temples, et de mieux comprendre cet endroit.

DSC08841.JPG

DSC08858.JPG

DSC07425.JPG

DSC07454.JPG

DSC07458.JPG

La petite boucle comprend les temples les plus connus du site, comme le fameux Angkor Wat, mais aussi le Ta Phrom avec les racines des frangipaniers qui l’enserrent, et qui ont fini à la fois par l’abîmer et en même temps le faire tenir….
Nous finissons la journée avec Chou qui refuse de nous laisser le payer (on vous l’avait raconté dans son portrait). Finalement, on y parvient !
Bonnes adresses :

  • Chamkar, un excellent restaurant végétalien et khmer, absolument divin. On y est retourné plusieurs fois !
  • Vibe, un café style « western » entièrement vegan, qui propose des « cheescakes » de folie, des « burgers » très bons également. Il y a aussi une adresse à Phnom Penh (que nous avons testée aussi, vous imaginez !)
  • Gelato Lab, un excellent glacier avec plusieurs option végétales.
  • Le Pages Room, notre magnifique hôtel. Une piscine en béton ciré, au coeur d’une végétation luxuriante, des chambres propres, grandes, décorées avec énormément de goût, un restau qui fait un super petit-dej à un prix très raisonnable. Un de nos meilleurs hôtels depuis le début du voyage, excellent rapport qualité/prix !
  • Presto Coco, qui fait de super pizzas à emporter ou manger sur place ! Henri était super content 🙂
  • Le White Rabbit; une guesthouse bon marché dans laquelle nous n’avons pas séjourné, mais nous avons testé la piscine ! Et le prix des chambres défie toute concurrence.

 

SAMRONG

En quittant Siem Reap, nous nous sommes rendus à Samrong rendre visite à Ségolène et Vincent, qui y gèrent un centre Enfants du Mékong. Ce fut une journée géniale… Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à aller lire notre article consacré à cette journée.

DSC07515.JPG

 

BATTAMBANG

Après avoir dit au revoir à Ségolène et Vincent, non sans un pincement au cœur, nous rejoignons Battambang en taxi « partagé ». Et pour le coup, les cambodgiens ont une sacrée notion du partage ! Nous sommes 9 dans un taxi de 5 places… 4 derrière (ça passe), et 5 devant !

Nous arrivons à notre hôtel en début de soirée, allons dîner dans un restau assez sympa, et nous couchons dans une chaleur étouffante (bizarrement, il fait plus chaud dans notre chambre que dehors…)

Le lendemain, nous partons explorer les environs de Battambang. D’abord, nous nous arrêtons visiter deux vieilles maisons traditionnelles qui ont été conservées en l’état. Ce sont les familles à qui appartiennent ces maisons qui nous les font visiter, contre donation.

DSC07522.JPG

Elles sont bien évidemment construite sur pilotis, comme beaucoup de maisons en Asie et en bois. A l’intérieur, quelques meubles et objets anciens occupent les pièces. Il y a même le vieux brevet (français) du propriétaire accroché au mur (mention passable !).

DSC07549.JPG

Nous poursuivons la journée en nous rendant à la « killing cave », une grotte dans laquelle les khmers rouges (dont nous détaillerons l’historique un peu plus bas) ont commis de terribles sévices. Un ossuaire comprenant une quarantaine de cranes en témoigne.

DSC09001.JPG

En en ressortant, on tombe sur un joli temple, que nous ne pourrons admirer que de l’extérieur !

DSC07552.JPG

Nous repartons ensuite en direction du temple de Wat Banan. Avant de le visiter, nous nous arrêtons pour déjeuner au bord du lac, dans des hamacs, sympa !

DSC09014.JPG

Le temple aurait, selon certains historiens, servi de modèle à Angkor Wat, à tort, car sa construction semble plus récente selon les spécialistes.

Sauf qu’en descendant, on se prend l’orage du siècle ! Nous sommes en scooter… On s’abrite une demi-heure, espérant que ça se calme, mais malheureusement pour nous, l’heure tourne et nous devons rentrer ; tant pis, ce sera sous la pluie !

DSC07577.JPG

Le lendemain matin, nous nous levons tôt afin de visiter le centre-ville de Battambang, qui fut une ancienne ville coloniale. Quelques maisons témoignent de ce passé, et c’est avec plaisir que nous les admirons !

DSC07579.JPG

DSC07583.JPG

DSC07586.JPG

Bonnes adresses :

  • Nary Kitchen and cooking school : très bonne adresse, conseillée dans le Routard. Le personnel est super sympa !

 

LAC TONLE SAP

Pour rejoindre la ville de Siem Reap depuis laquelle nous prendrons le bus de nuit pour Koh Ta Kiev, nous avons réservé la traversée du lac Tonlé Sap en bateau. Nous arrivons à l’embarcadère avec un groupe de touristes et quelques cambodgiens, grimpons dans le petit bateau qui va nous transporter.

Heureusement qu’il a un toit, car vu la chaleur, nous serions écarlates au bout de cinq minutes !

Au début du trajet, nous descendons une rivière qui mène au lac, où nous croisons des petits villages flottants. De temps en temps, des cambodgiens descendent, puis montent, directement depuis la barque d’un proche qui les dépose ou les récupère.

Nous faisons quelques arrêts, mais la chaleur est tellement étouffante qu’on a qu’une seule hâte : que le bateau poursuive sa course afin d’avoir un peu d’air !

DSC09040.JPG

DSC09060.JPG

 

DSC09064.JPG

En début d’après-midi, nous arrivons sur le lac. Il faut savoir qu’au total, près d’un million de cambodgiens habitent sur le lac ou sur ses bords, dans des habitations en bois. Il y a donc des écoles, des églises, des restaurants, tout cela sur des maisons flottantes, et on se déplace de l’une à l’autre en bateau bien sûr. Pas besoin de préciser que la principale activité des habitants est…. la pêche!

Nous arrivons à l’embarcadère côté Siem Reap, sautons dans un tuktuk et allons poser nos sacs dans une guesthouse un peu « cool », qui ne nous demande rien en échange. On déjeune (tard !), puis on achète nos billets de bus de nuit pour le soir même. Il nous reste un peu de temps…

Alors on en profite pour squatter (discrètement…) la piscine de la guesthouse ! Ah, se baigner quand il fait chaud, c’est bien… et c’est encore meilleur quand c’est gratuit !
KOH TA KIEV

Nous arrivons tôt le matin à Sihanoukville, une grande ville de la côte cambodgienne. Nous sommes tristes de constater que la ville se transforme en colonie chinoise… En effet, tout y est écrit en mandarin !

En nous renseignant quelque peu, nous apprenons que des entrepreneurs chinois y construisent une cinquantaine de casinos, en raison du durcissement des règles à Macao (qui est l’endroit où les chinois vont jouer).

De plus, le gérant d’Ali Baba, Jack Ma, y fait construire un énorme complexe touristique…Tout cela n’est pas très charmant, et nous sommes un peu peinés pour les cambodgiens, qui n’ont pas besoin que l’on vienne s’approprier les richesses de leur pays ! Mais en tant que français, nous n’avons pas de leçons à donner non plus !

Nous prenons tout de suite le bateau pour l’île de Koh Ta Kiev, sur laquelle nous avons prévu de passer les trois prochains jours.

Il a été difficile de choisir, car les îles présentent toutes des atouts. Koh Rong, la fêtarde, Koh Rong Samloem et ses eaux cristallines, et Koh Ta Kiev l’ile des robinsons ! Nous avons finalement opté pour cette dernière, très peu construite, et moins chère que les autres.

Nous prenons le bateau pour la rejoindre depuis la plage d’Otres, la traversée dure une heure. Nous arrivons sur une plage et apercevons quelques bungalows dans les arbres. Ca y est, nous y sommes !

Notre « hôtel » s’appelle Kactus, plusieurs personnes nous en avaient parlé. On nous attribue notre bungalow. Pas de porte, pas de vraie cloison, juste la vue sur la jungle et le bruit de la mer et des oiseaux. On tombe tout de suite sous le charme !

DSC09100.JPG

Nous allons déjeuner en précisant notre régime alimentaire, et l’assiette qui arrive est juste à tomber par terre. Ce sera comme ça pendant les trois jours qui vont suivre ! Des assiettes larges, variées, colorées, et délicieuses…

A Kactus, nous ferons la rencontre de Paul et Béatrice, un couple de français en voyage depuis deux ans et demi, et volontaires pour l’hôtel. Beaucoup de points nous rapprochent, notre façon de voir les choses, la politique, l’ouverture aux autres, le végétalisme… Nous passerons beaucoup de temps à échanger avec eux, et si vous voulez suivre leurs aventures, c’est sur leur tumblr qu’il faut aller (magnifiques photos en perspective !).

L’île nous offrira aussi de superbes couchers de soleil !

DSC09110.JPG

Nous profiterons de ces journées sur l’île pour faire deux promenades. La première, assez infructueuse car notre objectif était de nous rendre à un rocher depuis lequel on peut sauter dans la mer. Sauf que nous nous sommes perdus dans la jungle… et que Laure s’est fait attaquée par un arbre, oui oui ! Tout ça parce que l’on cherchait désespérément la capitale du Niger…

DSC09112.JPG

Quand même, cela aura été l’occasion de voir la jungle et d’autres très belles plages, aux eaux transparentes. Il faut qu’on vous dise : à Kactus, on a tellement profité de la vie qu’on n’a pas pris de photos, ou presque. Donc pas de photo de cette magnifique plage…

Le deuxième jour, nous traversons l’île jusqu’à un village de pêcheurs. En soit, le village n’a rien de très intéressant, d’autant plus qu’il est très sale. Mais le chemin pour s’y rendre est vraiment magnifique ! La végétation change tellement qu’à certains moments, nous avons l’impression d’être en pleine savane, puis à d’autres dans une belle forêt de bord de mer dans les landes… C’est assez fou qu’en quelques kilomètres, la nature réserve autant de diversité !

A Kactus, nous ferons aussi la rencontre de deux sœurs qui voyagent ensemble pour deux semaines, Violaine et Lou, avec qui nous discuterons beaucoup, notamment de politique ! Elles sont assez engagées et c’est un plaisir d’échanger sur le militantisme.

Enfin, le jour de notre départ, nous recroisons un couple d’anglais, Louis et Maya, que nous avions rencontré au Laos à Muang Ngoi et croisé par hasard une autre fois à Luang Prabang ! Le monde est petit !
Bonnes adresses :

  • Bon, on n’a même pas besoin de l’écrire non ? Kactus, allez-y, foncez-y !

 

KAMPOT

Kampot est une petite ville cambodgienne très agréable à vivre, qui se situe sur la côte, à proximité de la frontière vietnamienne. D’ailleurs, près de 3000 expatriés y ont élu domicile (et comparé à la taille de la ville, c’est pas mal !).

DSC07653.JPG

Nous consacrons notre première journée à aller explorer le plateau du Bokor. Lorsque le Cambodge était colonisé par les français, ces derniers avaient fait de ce plateau, situé à 1000 mètres d’altitude et non loin de Phnom Penh, une station « climatique » pour s’éloigner de la chaleur de la ville.

Lorsqu’ils sont partis, les bâtiments ont été quelque peu laissés à l’abandon. Une bonne occasion de faire un peu d’Urbex (= « exploration urbaine ») dans ces bâtiments défraîchis. Parmi eux, un énorme palais… mais nous arrivons trop tard ! Les cambodgiens ont décidé de le refaire, dommage !

Il reste quand même l’église, dans son jus, recouverte de tags.

DSC07609.JPG

Le commissariat de police, et quelques autres bâtiments que nous explorons, amusés et interloqués à la fois. On a presque l’impression que les gens sont partis du jour au lendemain…

DSC07629.JPG

DSC07644.JPG

Nous nous dirigeons ensuite vers les marais salants de la ville de Kampot. Car si Kampot est connue pour son poivre, que l’on sert aux meilleurs tables du monde, la ville produit également beaucoup de sel ! Nous y arrivons au moment du coucher du soleil, et avec l’eau qui immerge les salines, c’est juste magnifique…

DSC07692.JPG

DSC09210.JPG
Le lendemain, nous allons visiter une ferme de poivre, « La Plantation ». L’endroit est tenu par un couple franco-belge. La visite, gratuite (mais on passe par la boutique à la fin !), est très intéressante.

DSC07704.JPG

Nous apprenons par exemple que poivres noir, rouge, vert et blanc proviennent exactement de la même plante, il s’agit simplement du moment de la récolte qui diffère. Les grains sont triés à la main (imaginez le travail…). Il existe de nombreuses saveurs, notamment le poivre fumé, absolument délicieux !
Nous poursuivons la journée en direction de Kep, qui, à l’époque des français, était une station balnéaire française.

Cela se voit à la manière dont la ville a été construite : on se croirait presque au bord de la côte d’azur, avec les larges trottoirs en bord de mer, les bancs, les escaliers qui descendent à la plage…. et quelques jolies et imposantes maisons !

Nous n’avons pas tellement envie de nous baigner, et optons pour la visite d’une ferme aux papillons. La visite, en fin d’après-midi, seuls, est un peu magique et hors du temps. La nature produit quand même de magnifiques créatures… que l’on passe près d’une heure à immortaliser avec nos appareils photos !

DSC09219.JPG

DSC07759.JPG

 

Bonnes adresses :

  • Sisters 2 Bakery : excellentissime gâteau au chocolat, et carrot cake ! Tout cela à un prix défiant toute concurrence !
  • Café Expresso Kampot : d’énormissimes pancakes (et très bonnes !) à déguster. Franchement, si vous arrivez à terminer, vous êtes des champions ! (Henri a réussi l’exploit de finir la sienne et celle de Laurette)
  • Captain Chim : un snack bon et pas cher !

 

PHNOM PENH

La capitale cambodgienne a quand même des atouts, même si c’est une ville absolument immense ! Nous y arrivons en milieu d’après-midi, après une route collée serrée dans un minibus à peine climatisé !

Nous allons d’abord déjeuner chez Vibe (même restau qu’à Siem Reap), toujours absolument divin, puis déposons nos sacs à l’hôtel, avant d’aller nous promener dans l’ancien quartier colonial de la ville.

Quelques bâtiments témoignent encore de cet héritage, notamment près de la gare. Nous visitons également le temple de Wat Phnom, qui se situe en haut d’une (petite !) colline, et qui a donné son nom à la ville.

DSC09275.JPG

DSC09280.JPG

DSC07809.JPG

 

DSC07801.JPG

 

DSC07816.JPG
Nous rentrons à l’hotel en passant par un marché, aux milles couleurs et aux milles…. odeurs ! Bonjour le poisson à l’air libre quand il fait presque 40 degrés dehors !

Le lendemain, une journée riche en émotion nous attend. D’abord, nous allons visiter la prison S21, devenue musée du génocide, qui explique ce qu’il s’est passé dans ces lieux à l’époque des khmers rouges.

Ce qui est bien, c’est que les bâtiments ont été laissés en l’état, presque rien n’a été touché. L’audioguide est absolument passionnant… et très immersif ! On a du mal à croire que de telles atrocités aient pu se produire il y a seulement une petite trentaine d’années…

DSC07821.JPG
Un lit sur lequel les prisonniers étaient torturés, jusqu’à la mort

Les khmers rouges, dont vous avez tous entendu parler, ont instauré un régime autocratique entre 1975 et 1989 au Cambodge. A l’origine, leur idéologie était celle d’un communisme fort. Sauf que très rapidement, ils sont devenus paranoïaques, et ont commencé à se méfier de tout le monde…

Ce qui a donné les horreurs que l’on connait aujourd’hui. Enfermement de toute personne soupçonnée d’être un ennemi de l’Angkar (le nom donné au régime), torture (doigts coupés, ongles arrachés, prisonniers trempés la tête la première dans des seaux d’excréments…), assassinats.

DSC07824.JPG

Près d’un quart de la population cambodgienne a été exterminée à cette époque. De plus, pour pouvoir mettre en place un tel régime, l’Angkar avait besoin de « main d’oeuvre ».

Aussi, beaucoup de membres des khmers rouges n’étaient finalement que des enfants des campagnes recrutés de force par le régime. Des enfants d’une dizaine d’année apprenaient donc à manier la kalachnikov, et à torturer les autres. Les villes ont été vidées de leur population (les khmers rouges prétextant des bombardements américains), et les citadins transformés en campagnards, obligés de cultiver du riz, avec des objectifs intenables à remplir (trois tonnes de riz par hectare !).

Les familles pouvaient être arbitrairement séparées, les élites intellectuelles et membres du gouvernement étaient décimés. D’ailleurs, l’Angkar considérait qu’il ne fallait pas « couper la mauvaise herbe », mais bien la déraciner, afin qu’elle ne repousse pas. Aussi, les familles des présupposés ennemis du régime étaient systématiquement assassinées (enfants, parents, frères, sœurs, conjoint).
Nous avons donc pu voir dans quelles conditions les prisonniers de la S21 étaient traités (il faut savoir que les prisons de ce genre étaient extrêmement nombreuses au Cambodge à l’époque).

Ils étaient enchaînés au sol, dans des cellules individuelles ou collectives d’une taille minuscule, et étaient torturés jusqu’à ce qu’ils avouent des choses dont ils n’étaient même pas au courant. Aussi, certains prisonniers ont même avoué être espions pour la CIA, sans même savoir 5 minutes plus tôt ce qu’était cette entité !

Cette visite s’est clôturée par la rencontre avec l’un des 7 survivants de la prison, M Chum Mey. Nous avions lu son histoire et ce qu’il avait enduré plus tôt dans le musée, et le voir là, en face de vous… Ça fait quelque chose d’assez particulier ! On se sentait tout petit et on ne savait quoi dire, et en même temps on était admiratif de son histoire… Nous avons acheté le livre qu’il vendait, il nous l’a dédicacé, et nous sommes partis le cœur battant la chamade.

7682763258_1255b998f6_b.jpg
Chum Mey, la photo n’est pas de nous

Après cette visite assez difficile, il faut se l’avouer, nous sommes partis pour quelque chose de plus « positif » et nous sommes rendus au centre Pour un Sourire d’Enfant, afin de déjeuner au restaurant d’application de l’école mais aussi de visiter le centre. Vous pouvez lire notre récit sur le sujet ici.

Christian-Marie-France-Pallieres-fondateurs-association-Sourire-Enfant-Phnom-Penh-Cambodge-Asie_0_730_464.jpg
Cette photo n’est pas de nous

Cette journée nous a finalement montré que l’homme est capable du pire… comme du meilleur.
Bonnes adresses :

  • Le Bistro Langka, tenu par des français. Manger comme à la maison, mmmm, trop bon !
  • Khéma, pour un petit-déjeuner français très haut de gamme, à volonté et à 10 euros, qui dit mieux ?

 

A très vite au Vietnam,
Laure & Henri.

 

4 réflexions sur « Carnet n°7 : Cambodge »

  1. Passionnant, comme à chaque fois! Tant le contenu que les photos! Je crois qu’il va falloir investir dans un petit éventail, j’ai l’impression que ça aurait déjà pu vous sauver la vie plus d’une fois!

    J'aime

    1. Hello Bérénice, merci une nouvelle fois ! En effet c’était vraiment short niveau climat… et encore les locaux nous ont assuré avoir connu bien pire au mêmes périodes les années précédentes. On n’imagine pas… !

      J'aime

  2. Top les chéris!!!j’adore vos carnets!!! 😘😘😘

    J'aime

    1. Hello Lauraine, merci beaucoup ! Rien ne nous fait plus plaisir de savoir que tu nous suis !!!! On vous embrasse tous les 4 !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close