Hors-série n°4 : Visite de l’école « Pour un sourire d’enfant » à Phnom Penh

 

Lors de notre séjour au Cambodge, nous nous sommes rendus dans les locaux de l’association « Pour un Sourire d’Enfant » à Phnom Penh.

Si vous n’avez pas vu le documentaire « Les pétites », c’est le moment 🙂 !

Allez, on est sympa, on vous met la bande-annonce :

Et si vous l’avez vu, alors vous connaissez déjà l’association.

Pour ceux qui n’ont pas vu le film, et en quelques mots, voici l’histoire de cette incroyable association.
Un couple de retraités, qui a déjà parcouru le monde en camping-car avec leurs quatre enfants, décide de partir au Cambodge pour une association. Alors qu’ils sont à Phnom Penh, ils observent de nombreux enfants dans la rue, pieds nus, sales, presque pas habillés. Ils décident donc de les suivre pour savoir où ils habitent et ce qu’ils font de leurs journées.
Nous sommes en 1996, et Christian et Marie-France des Paillères sont choqués par la misère qui entourent ces enfants, obligés de passer leur journée à la décharge, les pieds dans la saleté, pour manger les restes qu’ils peuvent trouver, et essayer de vendre ce qu’ils peuvent.
Ils embauchent donc un traducteur pour une semaine afin d’essayer de comprendre un peu mieux la vie de ces enfants. Ils leur demandent de quoi ils auraient besoin, et les enfants répondent simplement : un repas par jour et aller à l’école.
Le couple de français construit alors une paillote, à même la décharge, depuis laquelle ils donnent chaque jour un repas aux enfants présents sur la décharge, le temps de trouver un moyen de les scolariser.
Quelques mois plus tard, Christian et Marie-France achètent un terrain, sur lequel ils font construire une école. Au fil des années, l’école s’agrandit, les formations se multiplient et le nombre d’élèves augmente. Aujourd’hui, ce sont près de 7000 enfants qui sont scolarisés, de la crèche aux formations « post-bac ». L’école PSE regroupe plus d’une vingtaine de filières professionnelles, dans énormément de secteurs (hôtellerie, avec un restaurant d’application, mécanique, communication, esthétique, construction, marketing…).
Aussi, à l’issue de leur formation, 93% des enfants scolariés chez PSE trouvent un travail tout de suite. Au Cambodge, le salaire moyen est de 120 dollars. Les anciens élèves de PSE gagnent en moyenne 30% de plus.

Le nombre d’élèves a tellement augmenté, que les locaux de PSE, pourtant immenses, n’ont plus la capacité physique d’accueillir plus d’élèves. Pour autant, l’association a trouvé un autre système, en accord avec le gouvernement : les enfants sont scolarisés dans l’école publique de leur quartier, mais PSE règle tous les frais. Comme le voulait Christian des Paillères, l’éducation des enfants doit être ludique, aussi les professeurs sont spécialement formés, et ce tant au sein de la structure PSE que dans les écoles publiques.

L’école a été pensée de manière extrêmement intelligente. Par exemple, le fait que les enfants soient scolarisés crée un manque à gagner pour les familles, puisqu’ils ne sont plus sur la décharge à récolter des ordures monnayables. Aussi, PSE donne à chaque enfant une compensation en riz, en fonction de la situation de la famille. Ce sont 15 tonnes de riz qui sont donc délivrées chaque vendredi !
De même, pour essayer de sortir les parents de ces enfants de situations difficiles, l’école essaie de les embaucher, même pour ramasser des feuilles par exemple, pour qu’ils « remettent le pied à l’étrier ». Par exemple, chaque jour, les élèves déjeunent à l’école (2 tonnes de riz à cuisiner tous les midis, vous imaginez !); ce sont donc 50 cuisinières qui préparent ces repas, et qui sont en réalité… les mamans de nombreux enfants !
De même, l’école a un atelier de couture qui fabrique les uniformes des élèves (au Cambodge, c’est uniforme obligatoire). Et cet atelier embauche, une fois de plus… les mamans !
Les chutes de tissus des uniformes des enfants sont réutilisées pour coudre des accessoires, des vêtements, qui sont revendus au profit de PSE. Un réel cycle vertueux !

L’école permet donc d’aider les enfants à trouver un métier, d’aider les parents à se réinsérer socialement, d’autant que beaucoup d’entre eux étaient vivants à l’époque des khmers rouges et que cette période leur a laissé de réelles séquelles psychologiques, qui se répercutent parfois en violence sur les enfants.
PSE fournit donc aussi à ces familles des consultations médicales dans tous les domaines, et ce gratuitement. D’abord, dans les locaux de l’école. Mais aussi, via plusieurs camions qui partent plusieurs fois par semaine dans différentes communautés de Phnom Penh pour offrir des consultations gratuites aux habitants. Par ce biais, cela permet aussi de « recruter » de nouveaux enfants susceptibles de bénéficier des programmes de PSE.

Pour son financement, l’association fonctionne sur un système de parrainages non-nominatifs. Les parrains donnent donc chaque mois pour l’association. Tous les ans, le couple des Paillères, originellement en camping-car, fait le tour de France pour récolter de nouveaux parrainages.

Ces informations que nous avons recueillies, nous les tenons du film (que bien évidemment, on vous conseille et reconseille de voir !) et de Samuel Cappe, directeur de la communication de PSE, qui nous l’a faite visiter. Nous avons passé trois heures en sa compagnie, après avoir déjeuné au restaurant d’application de l’école (cuisine et service assurés, donc, par les élèves !). Il a été d’une gentillesse infinie, et ce fut extrêmement intéressant. Nous avons eu beaucoup de mal à repartir !
On s’est même dit que nous souhaiterions éventuellement y retourner pour y travailler… Nous avons encore quelques mois pour y réfléchir !
Pour ceux qui sont de passage au Cambodge, on vous (plus que) conseille cette visite, vous pouvez vous inscrire via le site internet de l’Association.
Et pour tous, pourquoi pas devenir parrains…

 

2 réflexions sur « Hors-série n°4 : Visite de l’école « Pour un sourire d’enfant » à Phnom Penh »

  1. Terrible et émouvant à la fois. Je suis émerveillée par l’action de Christian et Marie-France et je vous laisse deviner ce que j’ai fait à la fin de la lecture…..

    J'aime

  2. Bouleversant et admirable.
    Une leçon d’altruisme.
    Merci de nous avoir fait découvrir PSE.
    Baisers à vous 2

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close