Hors-série n°3 : Trois jours dans la jungle au Gibbon Experience

Préambule : 

Suite à une erreur de manip’, nous avons perdu la moitié des photos de ce périple… On en a donc moins à vous proposer que d’habitude, et on en est sincèrement désolé ! De plus, Laure a été très malade pendant ces trois jours, du coup nous avons moins filmé également… On espère que l’article et la vidéo vous plairont quand même !

 

Dormir dans les plus hautes cabanes dans les arbres du monde que l’on rejoint en tyroliennes, avec une vue sur le parc national de Nam Ka au Laos, voilà en quelques mots en quoi consiste le Gibbon expérience.

En plus de cela, la démarche nous plaisait beaucoup car il ne s’agit pas seulement de vendre une expérience à des touristes, mais aussi de participer à toute une économie locale qui s’inscrit dans le respect des habitants et de leur habitat.

En effet, l’argent recueilli via le tourisme est réinjecté dans la protection du parc, afin d’éviter le braconnage, mais aussi de participer à un plan de reforestation. Si cela vous intéresse, vous pouvez vous rendre sur le site du Gibbon pour en apprendre davantage.

Pour rejoindre les treehouses, nous prenons une jeep depuis Huay Sai pendant deux heures. Nous arrivons dans un petit village, au bout de la route. Il faut continuer à pied !

Nous marchons donc dans la jungle pendant deux petites heures. Il fait très chaud et très humide, du coup nous sommes trempés !

On nous donne nos baudriers, qui ne nous quitteront pas pour les trois prochains jours. Nous marchons pendant quelques mètres encore, puis arrivons à la première tyrolienne.
Au moment de se lancer, c’est impressionnant ! Plusieurs centaines de mètres de long et plusieurs dizaines de mètres au dessus du vide, il faut faire confiance au matériel (bon, les tyroliennes sont vérifiées tous les jours à priori, et pour le matériel, c’est Petzl 😉 !).

Si l’on n’a pas assez d’élan à l’arrivée, il faut se retourner, et faire comme un petit singe : remonter le câble avec nos petites mains. D’ailleurs, on se sent vraiment comme des singes, à se lancer d’arbres en arbres via les tyroliennes.

Après une bonne heure d’alternance tyrolienne / marche dans la jungle, nous atteignons notre treehouse. Elle a une vue imprenable sur la jungle.

DSC07021.JPG

Nous installons notre lit, posons nos affaires, et étudions, grâce à un livre laissé là, la faune que nous pouvons croiser. Oiseaux en tout genre, serpents, araignées, singes et bien sûr les fameux Gibbons… Ceux pour qui nous sommes là.

Le Gibbon est un singe de la famille de hylobatidés, la même que les gorilles, les bonobos, les orang-outans et les chimpanzés. C’est un singe qui habite presque exclusivement dans les arbres, et se déplace en réalisant des sauts de plusieurs mètres d’un arbre à l’autre. Il peut vivre jusqu’à 40 ans ! Contrairement à beaucoup d’autres singes, le Gibbon est monogame et vit en « famille » sur un arbre, c’est-à-dire avec sa femelle / son mâle et son petit (un petit tous les 2 à 4 ans).

On plisse les yeux, mais on ne parvient pas à voir beaucoup d’animaux. Par contre, la vue est digne d’un tableau impressionniste, vous ne trouvez pas ?

DSC07250.JPG

Nous dînons dans notre treehouse avec nos « colocataires », une mère et sa fille, suisses allemandes, avec qui nous échangeons sur la politique en Europe, le capitalisme… Nous partageons beaucoup d’idées et apprenons beaucoup de choses intéressantes sur la Suisse !

Ce qui est amusant, c’est que la nourriture est préparée par des villageoises dans une cuisine située dans la jungle. Elles viennent donc nous apporter le repas… En tyrolienne ! Eh oui, c’est le seul moyen d’accès à la treehouse.

 

DSC07063.JPG

Pendant la nuit, un énorme orage éclate. La foudre frappe, il pleut des cordes. Nous ne savons pas si nous devons évacuer la treehouse, et, finalement, vers 5 heures du matin, on entend la tyrolienne s’agiter, ce sont les guides qui viennent nous chercher !
Nous voilà donc en train de faire de la tyrolienne, dans la nuit noire et sous des trombes d’eau : épique ! On s’en souviendra.

Nous allons nous abriter à la cuisine, où les laotiennes sont déjà en train de nous préparer le petit-déjeuner. On se réchauffe auprès du feu, on essaie de faire sécher nos vêtements.

Le jour commence à se lever, nous retournons dans la treehouse, la pluie a cessé. Mais à cause des précipitations, les gibbons ne chanteront pas ce matin !

DSC07112.JPG

Après un bon petit-déjeuner, nous partons nous promener dans la jungle et explorons les autres treehouses, en alternant marche et tyroliennes. Certaines maisons sont situées à plus de 40 mètres de hauteur ! D’ailleurs, les treehouses du Gibbon Experience sont officiellement les plus hautes du monde.

DSC07224.JPG

La végétation est vraiment magnifique, avec la brume matinale cela donne un air assez magique et particulier au lieu.

Nous faisons la rencontre d’un très (trop !) long serpent, qui nous barre le chemin. Il est immobile, et lorsque l’on demande au guide s’il est « ok », il nous répond : « no good ». Nous voilà rassurés… On attend qu’il bouge, et finalement, il file en un claquement de doigt. Brrr….

La journée se poursuit, les guides nous expliquent que les gibbons sont plus difficiles à observer qu’avant, probablement à cause des touristes que nous sommes. C’est un peu triste, parce que le fait que l’on soit là permet de financer la préservation de la forêt, et, d’un autre côté, fait partir les singes…

Nous continuons d’explorer la forêt. On y croise aussi pas mal de sangsues, qui cherchent partout une source de sang pour les nourrir. Heureusement, nous avons les jambes couvertes car nous étions prévenus !

En fin d’après-midi, alors que Khampy, l’un de nos guides, ramasse des champignons, on entend le chant si particulier mais reconnaissable entre mille des gibbons. Vous pourrez l’entendre dans la vidéo !

Et le lendemain matin, nous aurons droit à un nouveau concert. C’est incroyable à entendre, ce chant est tellement original. C’est d’ailleurs ce qui fait que le gibbon est un singe à part. En effet, des scientifiques l’ont étudié pendant plusieurs années et en ont tiré la conclusion que c’est le singe qui dispose du langage le plus évolué.

De plus, ce chant particulier cause la perte du gibbon : il permet aux braconniers de le localiser facilement et ainsi de le chasser aisément. Bien sur, la destruction de l’habitat du gibbon est aussi à l’origine du fait qu’aujourd’hui, ce singe est une espèce en voie d’extinction. Ils sont aujourd’hui environ 80 000 individus à travers l’Asie du Sud-Est.

Nous devons rentrer aujourd’hui. On repart comme nous sommes arrivés, en tyroliennes et en marchant !

Restitution des baudriers, puis marche jusqu’au village.

On reprend les jeeps, et rentrons à Huay Sai. Une bonne douche nous attend.

Et des chants de gibbons plein la tête !

 

La vidéo, pour les entendre… :

6 réflexions sur « Hors-série n°3 : Trois jours dans la jungle au Gibbon Experience »

  1. Sophie Rambeaud 3 mai 2018 — 21 h 52 min

    Quel beau récit ! J’en tremble encore ! Merci à vous deux ne nous faire partager ces beaux moments. J’espère que Laure est en forme ! Bises à vous 2

    J'aime

  2. Bonne continuation
    Amicalement

    J'aime

  3. Super, granny

    J'aime

  4. Complètement fou et la vidéo complète très bien le texte. Vous me donnez envie d’aller vivre au Laos, c’est fou ces tyroliennes, cette jungle, ce climat, ces chants de singes! C’est juste tellement exotique et éloigné de Paris que ca fait RÊVER! Je crois que c’est on c’est l’un de mes postes preferes de votre blog! 🤩👏

    J'aime

    1. Hello Bérénice, tant d’enthousiasme cela nous fait très plaisir. Content que ce post t’aie plu, c’était une sacré expérience en effet. De ce que nous en avons vu, le Laos est définitivement plus un pays « nature » que « culture ». D’autres articles un peu différents vont bientôt arriver, on espère que cela te plaira tout autant !! Merci encore de nous suivre aussi assidûment !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close